Si son savoir-faire lui vient de ses parents, il ne doit ses recettes uniques qu’à son imagination. Christophe Maurice nous dévoile les secrets de ses pralines, toutes plus gourmandes et originales les unes que les autres.

Occitanie
Occitanie

Pralines
produites par Christophe Maurice partenaire metro
depuis 5 mois

Pouvez-vous nous parler de votre entreprise ?

Avec plaisir ! L’exploitation des Pralines à l’Ancienne existe depuis plus de 30 ans maintenant. A l’origine, ce sont mes parents qui fabriquaient les pralines sur les foires et les marchés dans les secteurs du Gard et de l’Hérault. J’ai décidé d’apporter ma pierre à l’édifice en février 2020 en reprenant leur activité, mais en renouvelant les recettes et en changeant le mode de distribution.



Quels produits proposez-vous aujourd’hui ?

J’ai commencé avec les recettes de mes parents, à savoir les pralines aux cacahuètes, amandes et noisettes. Puis j’ai cherché à me démarquer en créant des produits à base de miel : c’est comme ça que sont nées les pralines aux amandes avec du miel de tournesol, et d’autres avec du miel de châtaignier. J’ai ensuite lancé les amandes à la fleur de sel de Camargue avec du piment doux des Cévennes ou du gingembre, ainsi que des amandes coco. Et je vais bientôt sortir des gammes noix de pécan et pistaches. Je cherche sans arrêt de nouvelles recettes !



Ce sont ces recettes originales qui font votre spécificité ?

On peut dire ça effectivement. C’est un peu une révolution dans le secteur car ce sont des recettes que personne ne fait. Et ça plaît ! Au-delà du croustillant, les clients apprécient le fait que l’on retrouve bien les saveurs des différents ingrédients. Le goût du fruit est sublimé, mais jamais dissimulé. Trouver l’équilibre parfait demande beaucoup de travail, et un peu d’instinct aussi.



Vous utilisez des produits locaux pour fabriquer vos pralines ?

En ce qui concerne le miel, la fleur de sel, le piment et les autres ingrédients que j’utilise, ce n’est que du local ! Mais comme ma structure est encore petite, je ne peux pas me permettre pour le moment d’acheter mes fruits en local. Cela m’obligerait à augmenter mes prix de vente et ce n’est pas ce que je souhaite. Mais à terme, mon objectif est de pouvoir proposer des pralines 100% locales.



Quel est votre circuit de distribution ?

La plupart de mes ventes se font sur le Gard et l’Hérault, en épicerie ainsi qu’en grandes et moyennes surfaces. Mes produits sont distribués à Nîmes, Montpellier et Alès. Je travaille aussi en circuit court, et j’ai un site internet.



Depuis quand travaillez-vous avec METRO ?

Ça ne fait que quelques mois, depuis juillet 2021. Je me fournissais chez eux, et c’est en voyant dans leur entrepôt qu’ils travaillaient avec des producteurs locaux que je me suis dit que ça pourrait être une bonne idée de les contacter. C’est sûr qu’ils offrent une bonne visibilité à mes produits. Et puis ça me permet de toucher les restaurateurs, qui est une clientèle très intéressante… qui pourrait bien m’inspirer de nouvelles recettes !



Vous avez aimé ? Partagez :

METRO